Uncategorized

Montreal Dining: A Gourmet Bargain at Pintxo

Note: La version française de post qui suit. Faites défiler vers le bas.

I would make the seven hour drive back to Montreal just to dine at Pintxo again–even though the gas required to make the 900-mile round trip would cost more than the meal itself.  In fact, the gas would cost significantly more–even in my tiny, 35-miles-per-gallon Scion–given the fact that Pintxo is home to one of the most reasonably-priced fine dining experiences I’ve found anywhere.

Everything about our meal at Pintxo was phenomenal, from the hostess who welcomed us in both French and, thankfully, English, to the server who brought us two different Malbecs to taste, to the relatively small number on the check at the end of the night.  Even the walk to and from Pintxo–which is located in Montreal’s charming Plateau neighborhood–was enjoyable.  And this was on the day we arrived in town, after a 450-mile drive up the New York State throughway and over the border into Canada.

Pintxo is both the name of the restaurant and the name of the type of dishes it serves; a pintxo is a Basque dish that is meant to be eaten in one single bite.  Unlike tapas, you don’t share pintxos.  Side note:  I do not know what the plural form of pintxo is, so I shall just add an ‘s’ and hope I’m correct!

The tasting menu includes four pintxos and a main course.  This tasting menu is a sort of hybrid tasting menu; the four pintxos are chef-selected, so you have no idea what you will be getting until it is brought out.  The main dish, however, is of your choosing.  I love the adventure that comes with a chef-selected tasting menu, but it can also be a bit scary for less-adventurous diners.  Pintxo’s tasting menu is really the best of both worlds in this aspect.  And, in case you were wondering, the main dish really is a main dish.  Trust me, you won’t leave Pintxo hungry.

The first three ‘bites’ came out on one plate, pictured left.  The first ‘bite’ was actually a ‘sip’, a shot of cold avocado soup served with a sliver of serrano ham.  It was delicate–as all things avocado should be–yet beautifully seasoned.  The bit of cured ham added a bit of salt and texture and resulted in the perfect bite…er, sip.

Bite number two was something I’d never had before–smoked duck tartare.  The tartare appeared to be a combination of both smoked duck and traditional duck tartare (so–raw duck) which gave the dish an interesting texture.  My first bite was smoky and beautiful–and then I discovered the mustard hiding beneath the spoon.  If you can manage to eat all of it in one bite–which I could not–you would be well-served to put the entire spoon in your mouth so the mustard from the bottom of the spoon mixes with the duck on the top; the addition of acid from the vinegar in the mustard sauce added a fantastic depth of flavor to the dish.  I actually put my spoon down to make a note of how much better it was with the sauce–that’s how much the dish changed with my mustard discovery.

The third bite was a bit of a mystery to me.  When the server brought us our first three pintxos, I know he described each bite on the plate.  I know this because, without his description, I would not have any notes.  But I must have missed a syllable or two at the end of his little speech, because I had no idea what the third bite was.  I just knew that it was incredibly good.  Here are my notes, unedited for your amusement:

Cheese looking thing with caramalized onion toast is silky and smoky. The black salt is amazing. Mixed with onions, it is deep and rich and truly one of the best things I’ve ever eaten.  

Minutes later, after consulting with the server, I continued:

Oh dear–it was foie gras. With volcanic salt, sherry reduction and paprika. Onions were confit. Maybe that’s why it is so amazingly good and rich. I wish I didn’t like it. But I do.

As you can probably guess, I’d never had foie gras before.  I never planned on having it because, well, it does seem like one of the most cruel food products on earth.  But do you know what?  I’m glad I didn’t know what it was when I ate it, because I was then able to truly enjoy it.  And I’d order it again.  In fact, I may have done just that a few days later at another charming Plateau restaurant, Pied au Cochon.  But I digress.

Duck breast with saffron risotto. Yum.

The thing about the foie gras was that it was very, very rich.  Which was why I was delighted when a very light, refreshing pintxo was brought out as our fourth bite–a half grilled lobster tail with fennel and orchid salad.  It was so good–and I was still so caught up in the wonder of fois gras–that I failed to take even one crummy iPhone photo.  Sorry.  But trust me–it was a lovely dish to look at and even lovelier to devour.  The char from the grilled lobster added a very rustic note to the dish, and the grilling allowed the meat to remain juicy and flavorful, even without what I consider to be the traditional lobster topping–brown butter.  The fennel and orchid salad had a nice citrusy bite to it, which was very cleansing.  The orchid had a bit of a lavender flavor that married well with the licorice of the fennel.  And the warm lobster served as a great foil to the chilled salad.

Even before the main course came out, I decided that this meal–at $36 CAD–was a fantastic bargain.

My main dish was wonderful…but a bit redundant.  Because I did not know that I’d be having duck tartare as one of my first dishes, I ordered the sliced duck breast with saffron risotto.  It was a lovely dish–the duck was a perfect rare, the risotto perfectly cooked (and, as we all know, I’m a huge risotto snob).  I just wished I’d ordered the black cod or the lamb shank, as that would have made for an even more varied dining experience.

Well–wait.  To be fair, if I’m going to go around wishing for things, I’d rather wish that I could return to Pintxo to try four more small bites.  And order the cod.  Or the lamb shank.  Or both on two additional visits.  I seriously considered returning to Pintxo during my short, four-day visit to Montreal.  I was in love, and I didn’t want to have to say goodbye.

Pintxo is located at 256 Rue Roy Est in the Plateau neighborhood of Montreal.  We were staying in the Latin Quarter and walked the mile or so up Rue St. Denis and back; it was a nice stroll and at no point did I wish I’d taken a cab or the metro.  However, if you are staying farther away, Station Sherbrooke is the closest metro stop.  

Pour mes amis francophones – une version de Google translate sur le poste ci-dessus. Toutes les erreurs de grammaire sont Google, pas le mien. Amusez-vous!

Montréal Salle à manger: une bonne affaire Gourmet à Pintxo

Je voudrais faire le trajet de sept heures de retour à Montréal juste pour dîner à Pintxo à nouveau – même si le gaz nécessaire pour faire le voyage 900-mile autour coûterait plus cher que le repas lui-même. En fait, le gaz coûterait nettement plus – même dans mon petit, de 35 miles par gallon Scion – compte tenu du fait que Pintxo est le foyer de l’une des expériences les plus à prix raisonnable gastronomiques J’ai trouvé nulle part.

Tout à propos de notre repas à Pintxo a été phénoménale, de l’hôtesse qui nous a accueillis en français et, heureusement, en anglais, sur le serveur qui nous apporta deux Malbecs différentes au goût, au nombre relativement faible sur le chèque à la fin de la nuit . Même le trajet aller et retour Pintxo – qui est situé dans le quartier du Plateau à Montréal charmante – c’était très agréable. Et ce fut le jour où nous sommes arrivés en ville, après un trajet de 450 mile le New York State voie de passage de la frontière et au Canada.

Pintxo est à la fois le nom du restaurant et le nom du type de plats qu’elle sert, un pintxo est un plat basque qui est destiné à être consommé dans une seule bouchée. Contrairement à tapas, vous ne partagez pas pintxos. Side note: je ne sais pas ce que la forme plurielle du pintxo est, alors je vais juste ajouter un «s» et j’espère que je ne me trompe pas!

Le menu dégustation comprend quatre pintxos et un plat principal. Ce menu dégustation est une sorte de menu dégustation hybride, les quatre pintxos sont chef-sélectionné, de sorte que vous n’avez aucune idée de ce que vous obtiendrez jusqu’à ce qu’il soit mis en évidence. Le plat principal, cependant, est de votre choix. J’aime l’aventure qui vient avec un menu dégustation chef-sélectionné, mais il peut aussi être un peu effrayant pour les moins aventureux-convives. Menu dégustation Pintxo est vraiment le meilleur des deux mondes dans cet aspect. Et, au cas où vous poseriez la question, le plat principal est vraiment un plat principal. Croyez-moi, vous ne quitterez pas Pintxo faim.

Les trois premiers «piqûres» est sorti sur une plaque, photo de gauche. Le premier «morsure» était en fait une ‘sip’, un coup de soupe froide d’avocat servi avec un petit morceau de jambon serrano. Il était délicate – comme toutes les choses avocat devrait être – encore tout assaisonné. Le peu de jambon ajouté un peu de sel et de la texture et a abouti à la morsure parfaite … euh, gorgée.

Bite numéro deux était quelque chose que je n’avais jamais eu auparavant – tartare de canard fumé. Le tartare semblait être une combinaison des deux canard fumé et tartare de canard traditionnelle (sorte – canard cru) qui a donné le plat une texture intéressante. Ma première bouchée était enfumé et belle – et puis j’ai découvert la moutarde se cachant sous la cuillère. Si vous parvenez à manger tout cela en une seule bouchée – dont je ne pouvais pas – vous serez bien servi à mettre la cuillère entier dans votre bouche de sorte que la moutarde au fond de la cuillère se mélange avec le canard sur le dessus , l’addition d’acide du vinaigre dans la sauce à la moutarde a ajouté une profondeur fantastique de saveur au plat. En fait, j’ai mis ma cuillère vers le bas pour faire une note de la façon dont beaucoup mieux c’était avec la sauce – c’est à quel point le plat a changé avec ma découverte de la moutarde.

Le troisième bouchée était un peu un mystère pour moi. Lorsque le serveur nous a apporté nos trois premiers pintxos, je sais qu’il décrit chaque bouchée sur la plaque. Je sais cela parce que, sans sa description, je n’aurais pas de notes. Mais je dois avoir manqué une syllabe ou deux à la fin de son petit discours, parce que je n’avais aucune idée de ce que la morsure troisième. Je savais juste que c’était incroyablement bon. Voici mes notes, inédits pour votre amusement:

Chose fromage avec du pain grillé à la recherche d’oignon caramalized est soyeuse et enfumé. Le sel noir est incroyable. Mélangé avec des oignons, il est riche et profonde et vraiment l’une des meilleures choses que j’ai jamais mangé.

Quelques minutes plus tard, après consultation avec le serveur, je continuai:

Oh là là – c’était le foie gras. Avec le sel volcanique, le sherry réduction et le paprika. Oignons confits étaient. C’est peut-être pourquoi il est si incroyablement bon et copieux. Je voudrais ne l’aime pas. Mais je le fais.

Comme vous pouvez probablement le deviner, je n’avais jamais eu avant foie gras. Je n’ai jamais planifié de l’avoir parce que, eh bien, il semble comme un des produits alimentaires les plus cruelles de la terre. Mais savez-vous quoi? Je suis content que je ne savais pas ce qu’il était quand je l’ai mangé, parce que j’étais alors en mesure de vraiment en profiter. Et je le commander à nouveau. En fait, j’ai peut-être fait juste que quelques jours plus tard dans un autre restaurant du Plateau de charme, Pied-au-Cochon. Mais je m’éloigne du sujet.

 

Duck breast with saffron risotto. Yum.

La seule chose sur le foie gras, c’est que c’était très, très riche. C’est pourquoi j’ai été ravi quand un très léger, rafraîchissant pintxo a été mis en évidence que notre morsure quatrième – une queue demi homard grillé au fenouil et salade orchidée. C’était si bon – et j’étais encore tellement pris dans l’émerveillement de foie gras – ce que je n’ai pas réussi à prendre une photo même iPhone minable. Désolé. Mais croyez-moi – c’était un plat agréable à regarder et encore plus belle à dévorer. Le char de la langouste grillée ajoute une note très rustique à l’antenne, et le griller la viande a permis de rester juteux et savoureux, même sans ce que je considère être le homard traditionnelle garniture – beurre noisette. Le fenouil et salade orchidée eu une morsure d’agrumes agréable, ce qui était très purification. L’orchidée eu un peu de la saveur de lavande que bien marié avec la réglisse du fenouil. Et le homard tiède servi de repoussoir idéal pour la salade fraîche.

Même avant le plat principal est sorti, j’ai décidé que ce repas – à 36 $ CAD – était une excellente affaire.

Mon plat principal était magnifique … mais un peu redondant. Parce que je ne savais pas que je serais ayant tartare de canard comme un de mes premiers plats, j’ai commandé le magret de canard en tranches avec risotto au safran. C’était un plat très agréable – le canard était un des rares parfait, le risotto parfaitement cuit (et, comme nous le savons tous, je suis un grand risotto snob). Je voulais simplement que j’avais commandé la morue charbonnière ou le jarret d’agneau, car cela aurait fait pour un dîner encore plus varié.

Eh bien – attendre. Pour être honnête, si je vais faire le tour de souhaiter des choses, je préfère souhaite que je pourrais revenir à Pintxo d’essayer quatre autres petites bouchées. Et d’ordonner la morue. Ou le jarret d’agneau. Ou les deux lors de deux visites supplémentaires. J’ai sérieusement envisagé de retourner à Pintxo au cours de ma courte visite de quatre jours à Montréal. J’étais amoureuse, et je n’ai pas envie d’avoir à dire au revoir.

Pintxo est situé au 256, rue Roy Est, dans le quartier du Plateau de Montréal. Nous étions dans le Quartier Latin et marcha le mile ou jusqu’à la rue Saint-Denis et à l’arrière, c’était une belle promenade et à aucun moment n’a J’aurais aimé prendre un taxi ou le métro. Toutefois, si vous restez plus loin, la station de Sherbrooke est l’arrêt de métro la plus proche.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...